Partager cette chronique:
La librairie.com Amazon Babelio Decitre Fnac Nolim Sauramps Mollat La Procure Ombres blanches
VOUS ME RECONNAITREZ de Pascale ORIOT :

« Je m'appelle Dylan, soldat Dylan.

J'appartiens au 161e Régiment du train.

Ici comme ailleurs, les gens se moquent de moi et

depuis tout petit,  j'encaisse les coups.

Pourtant, à partir d'aujourd'hui, tout va changer.

Alors, enfin...

Vous me reconnaîtrez! »

 

Entre polar et récit initiatique, ce roman de Pascale Oriot suit l'évolution du soldat Pierre Dylan. Cet être étrange et solitaire est prêt à tout pour se faire sa place au sein de l'armée. Ayant grandi seul auprès d'une mère qui le négligeait et l'enfermait, notre soldat désire conquérir le coeur de ses comparses. Il souhaite ardemment fonder un foyer et posséder son pavillon, alors qu'il n'a pas l'ombre d'une petite amie. En quête perpétuelle de reconnaissance et de sentiment d'appartenance, c'est au coeur des Pyrénées, dans le hameau catalan d'Onzès qu'il va trouver l'amitié et être l'objet d'attentions et d'admiration. Il va également découvrir un moyen d'accéder enfin à la célébrité.  Mais obsédé par sa réussite personnelle et une hypothétique gloire, il éliminera systématiquement ceux qui pourraient entraver son chemin.

Ce récit à la première personne, nous permet de découvrir un esprit torturé et machiavélique. Inspiré d'un fait réel, ce roman intrigue dès les premières lignes. Hormis les escapades catalanes du soldat qui s'apparentent à des moments de paix et de sérénité dans le récit, on est totalement plongé dans les réflexions du personnage.

Sa pensée et ses gestes sont mesurés, il fait preuve d'un esprit calculateur, élabore un plan d'attaque rôdé pour intégrer tous les milieux. Tel un caméléon, il se fond dans l'environnement et s'adapte à toute situation.

Il s'avère que ce parcours terrifiant est le fruit d'une vie sans amour, sans repères. Le récit décrit minutieusement la volonté de cet homme d'exister, en se jouant des règles de la vie en société pour parvenir à ses fins.

Il tuera même le seul être qu’il ait jamais considéré comme son ami.

« Personne, n'a plus rien à craindre, le monstre est apaisé », le héros à la fin de l'œuvre !  Enfin apaisé puisque célébré dans les quotidiens suite à son procès médiatisé. Il est maintenant capable d'écrire sa biographie qui devient un best-seller, il trouve l'amour par le biais du courrier d'une admiratrice et parvient à fonder une  famille avec elle malgré sa situation de prisonnier. Il peut enfin envisager un avenir où il se voit en mari et en père aimant, pouvant enfin transmettre cet amour qu'il n'a pas reçu. « L'amour est un ange gardien, lui seul peut nous civiliser » une citation issue de son autobiographie, qu'il brandit comme un slogan pour faire évoluer la société.

Ce roman, qui débute comme un polar, se mue en une quête initiatique tragique et se termine sur une note d'espoir. A l'image du héros il se métamorphose, évolue, nous fait passer du milieu militaire à l'ambiance d'un village catalan, de l'esprit crétin des troufions à celui du paysan simple et sympathique.

MARIE SATOUR (2011)

 Commander le roman (cliquez sur l'image)

Partager cette chronique:
Toutes Nos Chroniques
Rechercher par Auteur :