Partager cette chronique:
La librairie.com Amazon Babelio Decitre Fnac Nolim Sauramps Mollat La Procure Ombres blanches
SEANCE 23 : LES DISPUTES :

« Ainsi vous ne vous disputez pas vraiment. »

Cette phrase comme un serpent est venue se glisser insidieusement  dans mon esprit pour ressortir au creux de la nuit. M’empêchant de dormir.

Il y a des couples qui usent de la dispute comme d’un ressort qui les propulse illico au lit.

J’en connais, ils hurlent, ils crient, ils se dénigrent, vous prennent à témoin de leurs querelles, puis quand vous avez quitté les lieux du crime, ils se réconcilient sous la couette.

Je ne sais pas faire cela.

J’ai la dispute plus calme, plus silencieuse, plus froide.

La dispute qui éloigne les corps, pas qui les rapproche.

J’ai la dispute qui rumine au fond de moi avant d’éclore ou de mourir dans l’œuf.

J’ai la dispute qui ronge et qui ferait naître des ulcères  de ne pas éclater.

En réalité j’ai la dispute absente.

Et ce depuis toujours, cela remonte à l’enfance, aux voix dans la tête qui crient leur colère mais qui ne sortent pas par la bouche, qui restent enfermées et qui finissent par s’éteindre

d’elles-mêmes .

La psy me somme de fouiller cette absence.

Fouiller au fond de moi pour savoir quoi ?

Pour savoir pourquoi je ne crie pas ?

Je n’aime pas les cris, la violence des disputes me fait peur.

Et puis après les mots odieux criés haut, il y a les regrets qui suivent car les injures ne s’effacent pas, elles ont blessé le destinataire en plein cœur, il les garde enfouies et un jour, il les ressort, il les brandit et vous les jette en pleine figure.

Alors, la dispute renaît de ses cendres.

Dans certains cas, elle ne s’éteindra qu’avec la mort du couple ou d’un des joueurs.

Je me refuse à ce jeu meurtrier.

La dispute est saine et salutaire prétendent les usagers.

Je n’en suis pas convaincue.

C’est une exhibition que je condamne.

Je déteste assister aux disputes des autres sans y avoir été invitée.

Je me sens prise en otage.

Il ne doit pas y avoir de spectateurs, la dispute se joue en huit clos avec les 2 protagonistes.

La dispute doit être intime, discrète, feutrée.

Mais le plus important serait de se pencher sur l’avant-dispute.

Souvent l’écoute, la bienveillance, la tolérance conduiraient à un tout autre résultat que la dispute. 

ALICIA RAHO (2010)

Lire l'épisode 24

 Texte tiré de  Monologue avec mon Psy  ©

Le Facebook d'Alicia RAHO 

Le site de l'illustratrice

Partager cette chronique:
Toutes Nos Chroniques
Rechercher par Auteur :