Partager cette chronique:
La librairie.com Amazon Babelio Decitre Fnac Nolim Sauramps Mollat La Procure Ombres blanches
ENTRETIEN AVEC DOMINIQUE DYENS A PROPOS D'"INTUITIONS" :

Marie Brétigny – Dominique Dyens, parlez-nous de votre parcours vers l’écriture. A quel moment avez-vous décidé d’écrire ?

Dominique Dyens La naissance de mon 3ème enfant a été capitale. J’abordais la 2ème partie de ma vie et je ne voulais pas avoir de regrets… J’ai arrêté de travailler et j’ai commencé à écrire.

Marie Brétigny – Comment arrivez-vous à concilier votre vie d’auteur avec votre vie de mère de famille ? Deux activités très prenantes et qui demandent chacune une grande disponibilité.

Dominique Dyens Je pense qu’une vie d’auteur n’est pas plus difficile à concilier que n’importe quelle vie professionnelle avec une vie de femme et de mère de famille. Je dirais que c’est plutôt plus facile dans mon cas puisque je travaille à la maison. Il y a quelques inconvénients mais beaucoup d’avantages. Il faut simplement veiller à un équilibre entre les 2 ….

Marie Brétigny – Dans « Intuitions » certains semblent déceler entre les lignes, le procès d’une classe sociale. Ce n’est pas mon avis. Personnellement, j’y lis quelque chose de plus profond, une recherche de l’intériorité.

Dominique Dyens Je ne crois pas faire le procès d’une classe sociale, parce que je crois trop à la complexité des êtres et des idées pour les cataloguer et les juger. Néanmoins, dans tous mes romans et plus particulièrement dans Intuitions et La femme éclaboussée, je dénonce l’hypocrisie et la bien-pensance d’un certain microcosme bourgeois. Certes, j’écorche ce milieu et je me délecte à gratter le vernis pour voir ce qui se cache derrière les apparences. Mais ce qui m’intéresse avant tout, c’est d’y trouver des êtres meurtris avec « circonstances atténuantes ».

Marie Brétigny – Etes-vous, comme Nathalie, l’héroïne de votre roman, sujette aux intuitions ? Et cela influe-t-il de façon aussi extrême sur votre comportement dans votre quotidien ?

Dominique Dyens Absolument. Je suis très intuitive. Observer est chez moi une seconde nature et mes premières impressions sur les gens sont souvent justes. Je n’ai jamais vécu de situations extrêmes comme mon héroïne. Mais j’écoute mes intuitions et je n’hésite pas à prendre de la distance avec des gens ou des situations ...


Marie Brétigny – Le thème du secret est fécond car il concerne de nombreuses familles. Mais l’aborder c’est toujours prendre un risque. Il faut savoir doser le poids de l’événement sur la psychologie des personnages.

Dominique Dyens Certaines révélations peuvent broyer des vies…Dans Intuitions, j’ai voulu que le poids des événements modifie les trajectoires et fasse basculer les destins de mes personnages sans pour autant les désagréger…


Marie Brétigny – A la fin de votre livre, Nathalie et son mari, Patrice, n’ont visiblement pas compris le danger des secrets car ils s’apprêtent à nouveau à oublier pour toujours un événement d’importance. Pensez-vous, comme eux, qu’il est parfois préférable de se retrancher derrière le silence ?


Dominique Dyens
Au fond les gens ne changent pas vraiment. Dans le cas de Nathalie et Patrice, le secret est presque « culturel ». Finalement, je suis partagée. J’aurais tendance à penser que les secrets de famille ne sont jamais bons à garder et qu’il faut parler. Mais je crois également que la vérité n’est pas bonne à dire à n’importe quel moment de la vie. Parfois il vaut mieux attendre que la personne concernée soit capable de l’entendre …  

Marie Brétigny – Avez-vous des moments privilégiés pour l’écriture ou vous laissez-vous aller à l’inspiration de l’instant présent ?

Dominique Dyens J’écris tous les matins de la semaine. Même si je ne suis pas inspirée. L’écriture est un travail qui demande de la rigueur. A présent que mes enfants sont grands, j’écris également dans l’après-midi. Ou je me corrige. Le nombre d’heures que je passe devant mon écran varie en fonction de l’état d’avancement de mon roman.

Marie Brétigny – Vous avez déjà plusieurs thrillers et romans à votre actif. Le rythme, le suspense, les dialogues d’ « Intuitions » s’adapteraient bien au cinéma ou, pourquoi pas, au théâtre. Envisagez-vous un jour d’écrire pour l’un ou l’autre ? 

Dominique Dyens J’adorerais. Le cinéma est probablement la prochaine étape. Je me sens prête… Le théâtre se trouve un peu plus loin. Mais j’ai très envie. Et j’aime tellement écrire des dialogues…

Marie Brétigny – « Intuitions » est un roman que beaucoup aimeraient voir adapté au cinéma. Le rythme, le suspense, les dialogues et les personnages s’y prêteraient. Avez-vous des projets en ce sens ?

Dominique Dyens. Les lecteurs m’en parlent beaucoup. J’espère que des gens croient suffisamment en ce projet pour qu’Intuitions soit adapté au cinéma. J’ai confiance.  

Partager cette chronique:
Toutes Nos Chroniques
Rechercher par Auteur :