Partager cette chronique:
La librairie.com Amazon Babelio Decitre Fnac Nolim Sauramps Mollat La Procure Ombres blanches
SEANCE 25 : LES RESOLUTIONS DE DEBUT D'ANNEE :

Le premier janvier, je rédige ma liste de résolutions.

En général elle est longue. Cette année, j’avais inscrit :

« Commencer une thérapie ! »

J’ai  barré cette résolution  en me disant fière de moi « ça c’est fait ! »

Certaines reviennent tous les ans. Si je faisais la liste sur mon ordi, je pourrais faire des « copier-coller » pour me simplifier la vie, mais je continue de la faire à la main, cela garde un côté artisanal que j’aime bien.

Il y a les résolutions que je sais  inutiles comme : faire du sport ou perdre 5 kilos, qui se reportent d’elles-mêmes d’année en année et que je ne barre jamais.

Je suis rassurée de les voir inscrites, avec la pensée magique que les écrire me rapproche du but.

Parmi les résolutions, j’ai ajouté  pour la première fois :

«  Apprendre à vivre l’instant présent. » Je ne prends pas trop de risques avec le terme « apprendre », il permet de considérer qu’essayer c’est entamer la résolution, je vais pouvoir au moins la barrer à moitié.

«  Ne plus grignoter entre les repas. » C’est une des résolutions les plus difficiles à staisfaire pour moi car j’adore picorer.

Le grignotage est un intermède dont je me délecte, c’est un plaisir quotidien, que j’aime  renouveler souvent. Ce serait un grand sacrifice que d’y renoncer, mieux vaut renoncer à cette résolution finalement.

«  Lire le dictionnaire »  c’est le meilleur moyen d’engranger un grand nombre de mots, d’enrichir mon vocabulaire, de combattre Alzheimer, et de fortifier mon orthographe. J’ai un an  pour venir à bout de cette résolution, il faut  le lire à petites doses pour ne pas me dégoûter, car cela reste une lecture indigeste si on s’y attaque d’une traite.

« Sauvegarder systématiquement mon travail sur l’ordi. »  Cela semble ridicule et puéril car c’est d’évidence, eh bien j’ai déjà perdu un disque dur, sans que cela me serve de leçon.

Je suis rebelle à toute forme de systématisme.

Pour accompagner ma thérapie, je me suis mise à écrire tous les jours.

Ecrire à partir, sur et autour du sujet thérapie, est devenu mon rendez-vous quotidien avec ma psy même quand je ne la vois pas.

Mais je me refuse de dire que j’écris systématiquement car le terme, avec son côté répétitif et si peu créatif, me déprime.

Tiens, je  réalise que je n’avais pas noté cette résolution dans ma liste…

ALICIA RAHO (2011-2013)

Lire la chronique 26 

Texte tiré de  Monologue avec mon Psy© avec l'autorisation de l'auteure

Le Facebook d'Alicia RAHO 

Le site de l'illustratrice

Partager cette chronique:
Toutes Nos Chroniques
Rechercher par Auteur :