Partager cette chronique:
La librairie.com Amazon Babelio Decitre Fnac Nolim Sauramps Mollat La Procure Ombres blanches
ECRIRE UN LIVRE de GERARD RAYNAL par Marie BRETIGNY :

« Je ne crois guère en la primauté du talent sur l’effort.
Le facteur travail me semble primordial »

« Ecrire un livre » ! A la lecture de ce titre vous vous dites « Encore un qui se croit plus doué que les autres ! », « Un qui va nous assommer d’innombrables recettes à succès ! »  Eh bien non ! Je tiens à vous rassurer. Là n’est pas l’objectif de Gérard Raynal. Si j’ai moi-même éprouvé certaines craintes avant d’ouvrir le livre, elles sont aujourd’hui derrière moi. Alors, vous vous dites « Chouette ! Je vais échapper aux termes disgracieux et effrayants de la littérature ! » Eh bien non. Là encore, détrompez-vous. Certes, vous n’échapperez pas à certains mots savants : homéotéleute, métaplasme, hyperbate, prétérition, épanalepse, tautologie (et j’en passe !) feront désormais partie de votre vie et il vous faudra adopter quelques techniques d’écriture que vous ferez vôtres, mais « Ecrire un livre » est un ouvrage qui se veut avant tout rassurant tout en restant honnête envers ses lecteurs.

Ils sont nombreux ceux qui écrivent ou veulent écrire !

 Que faire de vos écrits ? Combien de carnets intimes resteront secrets, de courriers ne partiront jamais vers leur destinataire ou de manuscrits resteront soigneusement rangés dans un tiroir ? Combien se lanceront, tenteront l’édition ? Ecrire pour qui ? Pour quoi ? Sous quelle forme ? Gérard Raynal tente de répondre à ces questions, d’aiguiller votre chemin d’écriture sans jamais rien vous imposer, en s’appuyant sur quelques anecdotes et son itinéraire personnel. Rien n’échappe à l’auteur : du choix du sujet à l’édition, en passant par les outils d’écriture, la création des personnages, le langage, l’époque, le climat social, le titre ou encore la couverture, il épluche finement toutes les étapes que vous aurez à franchir. Poussé par son désir de transmettre, il passe en revue, pas à pas, les pièges à éviter.

Il m’est difficile ici d’inventorier à mon tour - tant il y en a - toutes les étapes abordées et toutes les astuces transmises généreusement par Gérard Raynal. En voici cependant quelques mots ou groupes de mots-clés : écriture automatique (laisser-aller), pas de règle universelle, les héros , des gens exceptionnels, souffrance, cérémonial, organisation, travailler, essayer, refaire/réécrire, inventer, imaginer, relater, … sans cesse travailler, travailler… imaginer, dévier, improviser, adapter, rogner, couper, relire, … Doux Jésus ! Comme il a l’air fastidieux et semé d’embûches ce voyage en terre d’écriture ! Oui, mais Ô combien enrichissant ! Et Ô combien facilité par les encouragements de l’auteur.

On le comprend. On le sait. Si l’écriture peut engendrer une certaine souffrance, elle est également source de plaisir et d’autonomie. Laissez parler votre personnalité ; « Votre écriture doit vous correspondre ». « Ecrivez tels que vous êtes ». Les maîtres-mots de votre succès demeureront encore et toujours : travail, rigueur, modestie. N’oubliez pas non plus que « La vie de votre livre dépend de l’avis du public », de votre public. Respectez-le, séduisez-le, répondez à ses attentes, ne le décevez pas.

Malgré un succès grandissant, et une pointe de fierté légitime rapidement étouffée par sa modestie, Gérard Raynal – qui compte désormais près d’une dizaine de romans à son actif - nous accompagne avec la sincérité, la générosité, la sensibilité et la simplicité qui sont, au fond, les vertus que doit cultiver l’amoureux des lettres. Si Gérard Raynal nous explique que les « trucs » transmis ne sont pas incontournables, nul doute qu’ « Ecrire un livre » deviendra un incontournable pour tout postulant à l’écriture.

MARIE BRETIGNY (2011)

Partager cette chronique:
Toutes Nos Chroniques
Rechercher par Auteur :