Partager cette chronique:
La librairie.com Amazon Babelio Decitre Fnac Nolim Sauramps Mollat La Procure Ombres blanches
ENTRETIEN AVEC ERWAN DENIS POUR "PLAISIRS DE MYOPE" :

 PLAISIRS DE MYOPE d’Erwan DENIS est une petite merveille de bel ouvrage. Je ne sais trop comment qualifier cet objet livre aux contours indéfinissables ; je possède l’un des exemplaire de ce génial instrument à façonner les rêves et je ne cesse de m’y promener comme autrefois, enfant , je  m’inventais un monde  en feuilletant les pages du catalogue Manufrance.  Oeuvre de collages époustouflants d’inventivité, d’humour et de rapprochements improbables sortis tout droit du bric à brac de l’imaginaire denisien, PLAISIRS DE MYOPE franchit allégrement les frontières du livre d’art pour nous proposer une gambade dans des espaces imaginaires dont on ne revient pas de bonne grâce.  Ces collages en couleurs ou en noir et blanc distillent une poésie de chevaux de bois, de voiture d’enfant soulevée par des ballons de baudruche, de zeppelin frôlant des machines à laver, de Jean Michel Basquiat en statue de la liberté,  d’univers industriels en déshérence , de tête de cochon au figuré,  de filles affriolantes  tombant au milieu de milliers de boites de conserves sans en mourir évidemment, d’étoile rouge sans chars soviétiques mais avec missiles… Une poésie qui s’élabore  autour  d’oeuvres originales où l’imaginaire se nourrit  de plongées au coeur  des archives d’un monde  qui n’a jamais cessé  de nous habiter et que nous redécouvrons à travers le prisme de l’univers denisien.  Un plaisir qui dépasse de loin la communauté des myopes …

Archibald Ploom : Votre ouvrage Plaisirs de myope est en vérité assez inclassable… Comment le définiriez-vous ?

Erwan Denis : C'est sans doute un recueil de collages numériques, faisant office de liant à une suite de courts textes littéraires inédits, écrits en réaction aux compositions graphiques. Ça pourrait aussi ressembler à une revue "Bordel" dont le thème serait "les collages d'Erwan Denis", en couleur, sur du joli papier. Ou bien peut-être, une douce vengeance, un moyen détourné d'obliger les auteurs à écrire à partir de mes collages, moi qui suis condamné à faire l'inverse inlassablement. Mais, surtout, c'est un chouette cadeau à faire à ses amis, ses parents, ses moitiés et ses animaux de compagnie (la minute d'auto-promotion : c'est fait).

Archibald Ploom : Dans le titre, “Plaisirs” est au pluriel. Les myopes ne sont donc pas si malheureux…

Erwan Denis : En l'occurrence, "myope" étant au singulier, il s'agit avant tout de mon propre contentement ! Plus sérieusement, "plaisirs de myope" est mon nom de graphiste/illustrateur. La formule vient à la fois du nom d'un recueil de croquis de l'excellent dessinateur Nicolas de Crecy, "Plaisir de myope" (au singulier), et d'un haïku écrit du temps où j'écrivais (ce dernier est placé en exergue dans mon livre).

Archibald Ploom : Pouvez-vous nous raconter le parcours qui vous a amené à créer les œuvres que le lecteur découvre dans votre ouvrage ? 

Erwan Denis : Après une formation littéraire et quelques années passées à travailler en bibliothèque, j'ai profité d'une période de chômage pour suivre une formation en PAO, à l'issue de laquelle j'ai du effectuer un stage en entreprise. J'ai eu le malheur de travailler dans une agence de publicité où j'ai été confronté à ces situations où la réalité semble encore plus sinistre que les pires a priori. Mon premier collage, sorti dans un moment d'intense terreur et de désœuvrement dans les locaux de l'agence (il fallait bien profiter du matériel informatique dernier cri), est une espèce de réaction épidermique à ce monde-là. Il en est sans doute une forme d'antithèse.

Archibald Ploom : Êtes-vous parti des textes ou les textes illustrent-ils chacun de vos collages ?

Erwan Denis : Les textes ont été écrits en réaction aux collages. Le principe était le suivant : le collage choisi devait servir de point de départ, de déclencheur, à un texte, à une histoire. Il devait faire office de tremplin. Chaque auteur a eu la possibilité de choisir le sien. Et d'y glisser sa voix. Ensuite, je me suis amusé à créer, en m'inspirant des textes, un petit collage de marge : cela fait comme un petit ping-pong, image-mots-image.

Archibald Ploom : Comment avez-vous sélectionné les auteurs de ces beaux textes ?

Erwan Denis : Stéphane et moi avons fait la liste des auteurs que nous souhaitions y voir : beaucoup d'auteurs faisant parti du catalogue de sa maison d'édition, comme Jérôme Attal ou Fanny Salmeron, d'autres ayant participé ou participant régulièrement à la revue Bordel. Aussi, des auteurs en herbe n'ayant jamais été publiés, tels Philippe Latreille ou Audrey Deschamps, des auteurs croisés au gré des rencontres, comme Dominique Fabre ou Jacques Serena, ou un auteur comme Charles Berberian (du duo Dupuy & Berberian), pour sa première incursion dans la littérature. Bref, un panaché d'auteurs d'un peu partout, publiés chez Stéphane Million Éditeur ou dans d'autres maisons, qui se retrouvent rassemblés autour de mes collages. Cette brochette d'auteurs : pas mieux ! 

Archibald Ploom : Lorsque vous travaillez sur un collage, avez-vous l’idée d’une thématique particulière ou vous laissez-vous porter par l’inspiration ?

Erwan Denis : J'ai toujours une petite idée de départ qui va donner une inflexion, mais ce n'est jamais totalement défini. Ensuite, je me laisse happer par les assemblages, par les rencontres d'images, par les teintes, par les slogans : c'est une pagaille monstre. Et tout cela donne une direction et un sens qui ne se précisent qu'en cours d'élaboration ... 

Archibald Ploom : Comment élaborez-vous votre banque d’images ?

Erwan Denis : Je travaille avec un site d'images libres de droit, auquel je suis abonné, pour tout ce qui se rapporte aux matières et aux objets. Puis je me lance dans une recherche internet sur le sujet choisi (la petite idée de départ) et je rassemble un maximum de choses, qui ne seront pas forcément dans le collage.

Archibald Ploom : Comment travaillez-vous ?

Erwan Denis : Je travaille uniquement sur Photoshop. Le reste est une affaire qui doit rester secrète.

Archibald Ploom : Que représente pour vous la naissance de ce premier né ?

Erwan Denis : Un grand bonheur. Surtout, le plaisir d'avoir réussi, grâce à Stéphane, à rassembler autant d'auteurs autour de mon travail.

Archibald Ploom : Quelles sont vos influences artistiques ? 

Erwan Denis : C'est la question piège. Je crois que je ne réalise pas vraiment quelles peuvent être mes influences les plus évidentes. Je crois que je préfère ne pas trop me poser la question. J'aime les collages en général. Jacques Prévert, Frederico Hurtado, Johannes Baargeld, Randy Mora, Raoul Haussman, Kurt Schwitters, les assemblages Dada, etc. Mais je crois, sinon, que mes collages se nourrissent de beaucoup plus que ça : de la musique et de son histoire, de la politique (pour son aspect carnavalesque), de la littérature, du cinéma, du travail des nuages, de la bande dessinée.

Archibald Ploom : Vous avez donné une véritable identité graphique aux romans des Éditions Stéphane Million en réalisant de magnifiques premières (et quatrièmes) de couverture. Ce livre prolonge donc une grande histoire d’amour avec cette maison d’édition.

Erwan Denis : Oui, mais surtout, il prolonge et confirme jour après jour une grande histoire d'amitié. Stéphane m'a fait confiance lorsque je lui ai proposé d'apporter ma touche graphique la plus personnelle aux couvertures de ses ouvrages et il me laisse vraiment les coudées franches. Il est très rare que je doive revenir sur un collage de couverture. C'est vraiment une aventure formidable.

Archibald Ploom : Pour conclure, j’ai envie de vous demander quels sont vos projets d’avenir ? 

Erwan Denis : Je travaille le jour pour une grande maison d'édition, la nuit pour une petite maison qui prend une ampleur méritée. Je reçois de plus en plus de propositions pour des bandeaux de sites internet, des cartes de visite, des pochettes de disque, et l'on me demande à chaque fois de rester fidèle à ce que je fais. Que demander de plus ? Un peu de temps libre, peut-être ?

-                                                                                                -          

Le site PLAISIRS DE MYOPE

Le Facebook d'Erwan DENIS  

-                                                                                                -     

 

Partager cette chronique:
Toutes Nos Chroniques
Rechercher par Auteur :