Partager cette chronique:
La librairie.com Amazon Babelio Decitre Fnac Nolim Sauramps Mollat La Procure Ombres blanches
TELESCOPIC BABY : THE ENGLISH TOUCH :

Je l’ai déjà écrit et je le répète : nos amis britanniques ne se sont pas contentés d’inventer le tennis, le rugby et le football ! Non ils ont cherché à faire mieux et nous ont offert les Beattles, les Rolling Stones, les Who, Pink Floyd et David Bowie… J’arrête  évidemment là car la liste est longue…  mais,  non contents de faire de la musique une source de revenu national, les anglais ont créé un modèle de pérennisation de cet incroyable système à produire de l’excellence musicale.  Je vous parlais, il y a quelques semaines de Kate Daisy Grant qui nous a proposé un fabuleux opus plein de poésie et de mélodies ciselées, il se trouve que son label Telecopic Baby réédite la performance avec deux albums à la fois introspectifs et novateurs.

WHAT I KNOW NOWCHANGES EVERYTHING d’Alan MCKIM (comment prononce-t-on ce nom impossible…?) compose un univers sonore tout à fait original, bien dans la tradition de ce que le producteur Ken ROSE est capable de créer avec ses artistes. Chaque titre est une ambiance si particulière qu’il est difficile de ne pas remettre la galette en fonction “repeat” tant les émotions que peuvent procurer  cette succession de morceaux sont surprenantes.  On notera le soin du détail instrumental qui fait du Label brightonien Telescopic Baby une maison de haute couture musicale. Quand je pense que Ken ROSE m’avait invité à un spectacle parisien dont il avait écrit la musique et qu’il m’a fallu rebrousser chemin tant l’autoroute était bouché.  La peste des embouteillages !  Mais pour revenir à Mister MCKIM, sa voix, râpeuse à souhait, se marie incroyablement avec des ambiances musicales qui nous laissent suspendues dans les airs. Mais comment, en partant d’une simple composition à la guitare, peut-on arriver à des univers musicaux d’une telle sophistication musicale ? Je n’ai pas la réponse sinon à fureter du côté du talent du compositeur et du génie du producteur.  Allez passer une oreille sur cet univers artistique, il en vaut le détour.

Autre opus sorti des studios de Telescopic Baby, celui de Lora J KIRK  intitulé I.O.U . Là encore l’ambiance générale est à  l’arrangement de qualité.  La voix de la belle occupe le premier plan, elle en a les moyens… Parfois l’ensemble est d’une grande simplicité, comme le titre Glue qui nous propose un duo voix/ guitare profondément onirique.  Lora J Kirk interpelle l’inspiration dans une déambulation qui donne tous les signes du noctambulisme.  Je suis pour ma part totalement fan du titre Drove all night, avec cette promesse d’un “make love to you” qui laisse supposer des moments bien agréables au dédicataire du message.  J’écoute ce titre en boucle depuis des semaines, la rythmique de machine à vapeur me projetant sur les rails de mes propres rêves (érotiques ?)

J’adore la manière dont notre petite Lora joue avec les fantômes dans le titre Little Ghosts aux choeurs merveilleusement évidents et à la basse hypnotique.

Deux albums à découvrir.  Et puis, sur le net la musique est revenue à un prix tout à fait abordable. De jeunes labels comme Telescopic Baby qui prennent le risque d’une authentique politique de création ayant évidemment tout à perdre du piratage.

ARCHIBALD PLOOM (2011)

-                                                                                                             -

Le Facebook d'Archibald PLOOM

-                                                                                                             

Partager cette chronique:
Toutes Nos Chroniques
Rechercher par Auteur :