Partager cette chronique:
La librairie.com Amazon Babelio Decitre Fnac Nolim Sauramps Mollat La Procure Ombres blanches
A LA RECHERCHE DU TEMPS SACRÉ de JACQUES LE GOFF :

Il y a eu des best sellers à tous les siècles. Evidemment, les moyens de diffusion n’étaient pas les mêmes qu’aujourd’hui, mais enfin … on lisait certaines œuvres plus que d’autres.  A ce titre les livres sacrés tenaient  le haut  de la bibliothèque au moyen âge. Il en fut ainsi de l'ouvrage intitulé La Légende dorée du  dominicain Jacques de Voragine rédigé dans le dernier tiers du XIIIeme siècle  et qui devint un véritable succès littéraire pendant les trois siècles qui ont suivi.

Le célèbre médiéviste Jacques LE GOFF,  dans son inlassable exploration des mentalités médiévales, a voulu revenir  sur la place exceptionnelle, dans le panorama culturel médiéval, de cet ouvrage composé  de cent soixante-dix huit chapitres  et de plus d’un millier de pages qui pourrait passer pour une interminable compilation de vies de saints mais qui est, en fait, beaucoup plus pour l’historien. Selon lui, le terme de compilation  est impropre,  car la Légende dorée  fut rédigée par un authentique auteur qui insuffla à l’ouvrage  une dimension qui la place d’emblée  au delà d’un simple légendier de la vie des saints.

Voragine n’a pas voulu non plus proposer une encyclopédie à ses lecteurs comme il en existait déjà à l’époque, fruit du travail de dominicains érudits comme Thomas de Cantinpré ou Vincent  de Beauvais.

Voragine, qui fut aussi évêque de Gênes, a voulu aller beaucoup plus loin en rédigeant une véritable somme sur le temps.  Il écrit dès les premières lignes : “Universaux temps presentisuite in quatuor distinguitur . ” “La totalité du temps de la vie terrestre se divise en quatre.”

Pour lui, le christianisme a été la seule religion qui est parvenue à structurer et sacraliser le temps de la vie humaine.  La Légende dorée ne plonge pas le lecteur dans un temps abstrait, mais bien dans celui de la vie humaine conditionnée par la volonté divine.

Profondément Gênois, Jacques de Voragine était parallèlement très attaché à l’ordre des dominicains, ordre jeune  qui tint rapidement une place prépondérante dans la vie culturelle et sociale de son époque. Enfin, Voragine rédige l’oeuvre de sa vie  durant le passage de l’apogée médiéval aux crises de la fin du XIII eme siècle.  LE GOFF écrit “Tout en restant profondément religieuse, la société avait tendance à rappeler que Dieu a fait l’homme à son image et que l’homme doit mieux utiliser les qualités et les forces que Dieu a mises en lui". On a parlé, avec G. Morris et Aron J. Gourevitch, de “naissance de l’individu”.  Cette période, en accouchant d’un monde nouveau, voit les luttes intestines dans les villes italiennes se multiplier,  les premières grèves dans  le monde du travail se développer dans les cités et les problèmes monétaires entrainer les premières faillites bancaires.  Tous ces évènements déclencheront des peurs apocalyptiques et les affrontements au coeur même de l’Eglise verront les papes s’exiler à Avignon.

Les 4 périodes de temps qui divisent la Légende dorée sont celles de l’égarement qui va d’Adam à Moise, la rénovation qui s’étend de Moïse à la nativité du Christ, la réconciliation qui  va de Pâques à la Pentecôte, enfin la pérégrination qui s’étend jusqu’à nos jours.  LE GOFF précise que le temps de l’humanité commence avec l’apparition de l’homme à travers Adam mais, ne nous y trompons pas, le Christ est bien le centre du temps. D’ailleurs Voragine consacre un chapitre complet à la nativité de deux autres personnes, en dehors évidemment du Christ : la Vierge Marie et saint Baptiste le précurseur. Ces trois nativités ont un centre : le Christ. En effet, celle de Marie la rend possible car elle est sa mère, celle de saint Baptiste l’annonce. La naissance du Christ est l’aube du temps sacré car elle fonde la réconciliation de l’humanité avec Dieu.

Reste que l’ouvrage fait la part belle à la sainteté qui est une spécificité de la religion chrétienne. Comme l’écrit LE GOFF : “La principale  caractéristique du saint est d’avoir été choisi par Dieu pour se manifester sur Terre à sa place, comme un instrument ou un intermédiaire, soit par des miracles, soit par des vertus ou un comportement exceptionnellement religieux dans son existence terrestre.” Selon l’historien Avide KLEINBERG,  la Légende dorée  a répondu au besoin culturel de nombreux chrétiens de la seconde moitié du XIIIème. Selon lui, l’importance accordée par Jacques de Voragine  aux épisodes  narratifs  de la vie des saints, aux dépens des développements purement psychologique et spirituels, a entraîné un succès comparable à celui d’Indiana Jones dans le public d’aujourd’hui.

L’ouvrage de Jacques LE GOFF explique, par petites touches,  comment la Légende dorée  est devenue un énorme succès auprès des populations européennes. Cet objet culturel, qui installe le temps sacré au cœur de la civilisation chrétienne, va structurer le christianisme pendant des siècles, tout en tentant parallèlement d’empêcher les profanateurs du passé de revenir  ternir  l’idéal chrétien en  convertissant les clercs à la luxure,  la gourmandise, l’orgueil et l’ambition.  Œuvre clef qui a su le mieux exprimer, dans toute sa richesse et sa complexité, l’originalité façonnée par l’idéologie dominante du christianisme  et par l’exceptionnelle personnalité  de Jacques de Voragine durant cette période essentielle de l’histoire européenne qu’est le Moyen Âge , de la donnée la plus fondamentale de la vie dans l’histoire d’une société humaine, le temps.   “A la recherche du temps sacré” est un ouvrage indispensable  au lecteur curieux de l’évolution des temps passés qui façonnèrent notre temps présent.

Bertrand JULLIEN (2012)

 

-                        -                                                                                                                                         
-                        -                                                            

 

Partager cette chronique:
Toutes Nos Chroniques
Rechercher par Auteur :