Partager cette chronique:
La librairie.com Amazon Babelio Decitre Fnac Nolim Sauramps Mollat La Procure Ombres blanches
PLUS SOMBRE QUE L’OMBRE DE TES AILES de Sébastien ACKER par Archibald PLOOM :

“Léonard pensait à cet auteur mort avant d’avoir pu connaître la gloire de ses romans.”

Peut-être vous êtes-vous posé la question vous-même ? C’est vrai tout de même, nonobstant le fait de surmonter la difficulté d’habiter un pays démographiquement lilliputien, d’affronter depuis sa naissance les grands froids de l’automne, de l’hiver et même du printemps, de se faire empaler l’été par des moustiques aussi gros que des hirondelles, de voir la nuit débouler la moitié de l’année sur les coups de quatorze heures et de découvrir que vous habitez le pays où le taux de suicides est l’un des plus élevés de la planète ; oui malgré toutes ses conditions hostiles que réunit  sous sa  vaste couverture  de neige le royaume de Suède, il se trouve que vous pourriez voir tourner la chance…  Un sacré coup de veine qui n’arrive qu’à une seule personne dans le siècle.

Un succès si considérable qu’il ferait passer un billet gagnant de l’euro million pour un ticket de métro usagé… et vous permettrait de racheter la marque SAAB – fleuron de l’industrie suédoise désormais en faillite - avec une partie de vos considérables profits ? Mais qui seriez-vous alors tout drapé des  couleurs jaune et bleu qu’arbore fièrement la marque IKEA partout dans le monde ? Et bien juste un petit journaliste, courageux  scripteur à la tête d’une trilogie policière qui fit le tour de la planète et fut immédiatement  adaptée au cinéma. Vous voyez de qui je veux parler, cet auteur - avec un nom qui sonne - inventeur d’une héroïne cyber punk à la famille disons très dysfonctionnelle.

And the winner is !  Ah bah non pas de chance …. Vous ne saurez jamais que vous êtes le winner parce que vous êtes mort juste avant que votre trilogie ne paraisse et c’est donc votre famille que vous détestiez qui va hériter de vos copieux droits d’auteur  qui ressemblent plutôt aux profits de fin d’année de Warren Buffet tandis que votre compagne avec qui vous n’étiez pas marié va voir la fortune lui filer sous le nez ! Une tragédie suédoise par – 20°

Sauf qu’il y a un petit malin en France qui se dit qu’elle est louche cette histoire de crise cardiaque, elle mérite même une enquête approfondie. Ce soupçonneux c’est Léonard, un facteur  parisien drôlement doué pour faire jaillir la vérité là où les autres se contentent des explications qu’on leur fournit. Léonard, comme tous les facteurs, travaille à la Poste avec son ami Léon qui paraît un peu benêt mais qui adore faire des rimes. C’est même un jeu entre Léon et Léonard, celui qui fait le meilleur score est invité par l’autre dans un bon restaurant. Mais avant de compter les points nos deux facteurs sont décidés à éclaircir le mystère suédois qui entoure la mort de Steeve Liksson l’auteur de la fameuse trilogie à succès. Sherlock Léonard et Léon Watson vont devoir quitter l’habit des postes pour celui d’enquêteur et il faut reconnaître qu’ils forment une sacrée bonne équipe tous les deux. Au point qu’entraînés par leur élan ils vont aller réveiller les fantômes en Suède puis dans le Berry. Et que vont-il trouver ? Et bien, pardi, la vérité qu’ils sont venus chercher !

Vous allez me dire la Suède, le Berry, tout ça n’est pas géographiquement très logique et je vous répondrai que la logique est parfois fort bien cachée derrière la muraille d’un vieux chateau berrichon. Léonard dort mal mais il pense juste et  il poursuit l’enchaînement des faits plus que la cohérence géographique. D’ailleurs, en bon employé des Postes, il se moque des frontières. Il fallait un petit gars de son genre pour que les faits ne se refusent plus à l’examen rigoureux d’un inspecteur de police déguisé en facteur.

PLUS SOMBRE QUE L’OMBRE DE TES AILES est un polar efficace  et profondément attachant. Sébastien Acker nous offre d’ailleurs beaucoup plus qu’un récit bien ficelé. La narration est truffée de références littéraires, musicales, politiques ou aéronautiques. On croise Balzac, Saint Exupéry, Nick Cave, Bruce Springsteen, Mermoz, François Mitterrand et Jacques Tati. Acker est l’un de ces auteurs inspirés qui recycle toutes les connaisances, les faits, les anecdotes qui peuvent faire sens dans une narration transformée en un génial bric à brac digne des puces de Montreuil. Et puis ces géniales trouvailles d’écrivain comme cette idée de suggérer que Saint Ex a été abattu par un jeune pilote allemand qui est justement devenu aviateur parce qu’il avait lu les romans de ce dernier. J’adore ! Du coup ce roman prend  une saveur toute particulière, nous poursuivons avec Léonard la vérité en remontant parallèlement le cours du temps. Acker écrit comme Tati filmait, sens du détail, générosité et toujours ce brin d’humour  et de bonhomie qui fait regretter que PLUS SOMBRE QUE L’OMBRE DE TES AILES  ne fasse que 250 pages, ce qui est bien le moindre de ses défauts. Pour ma part j’apprécierais que notre petit postier revienne très vite avec une nouvelle enquête. Et je ne suis pas le seul ! 

ARCHIBALD PLOOM (2012)

 

-                                                                                                                                                                            -

Le classement Romans CULTURE CHRONIQUE

 

-                                                                                       

Partager cette chronique:
Toutes Nos Chroniques
Rechercher par Auteur :