Partager cette chronique:
La librairie.com Amazon Babelio Decitre Fnac Nolim Sauramps Mollat La Procure Ombres blanches
THE MOORINGS : PINTS & GLORY par THIBS :

« Oyez !! Oyez !! » Puis-je avoir votre attention ! Enfin la scène indépendante française donne naissance à un groupe mélangeant musique folk irlandaise et Punk qui tient la route, et j’avoue que ce n’est pas trop tôt (je commençais d’ailleurs à désespérer !).

Voici donc « THE MOORINGS », groupe alsacien comme son nom ne l’indique pas, composé de 7 membres, et qui vient de nous gratifier  d'un très bel opus de 12 titres mêlant compositions originales et reprises dans un style punk celtique  abouti. Leurs influences : The Dubliners, The Pogues, The Real Mckenzies ou encore Flogging Molly et les Dropkick Murphys pour citer les plus importants.

La recette est plutôt simple mais efficace : prendre des chansons traditionnelles irlandaises, les jouer sur des tempos rapides et y rajouter de la guitare électrique. Facile disais-je ! A priori pas tant que ça puisqu’il a fallu attendre jusqu’à aujourd’hui pour qu’émerge un groupe français correct dans ce style !

Mais parlons un peu de l’album. L’idéal pour écouter ce genre de musique serait d’aller dans votre pub préféré, commander une bonne pinte et demander à votre barman de passer l’album. C’est malheureusement difficilement faisable ! Installez-vous donc confortablement chez vous, fermez les yeux et  laissez-vous transporter au cœur de l’Irlande et envoyez la musique !

L’album s’ouvre sur deux des trois chansons originales : tout d’abord « Friendship », qui donne le ton de l’album et que l’on peut considérer comme un classique du genre : une intro folk classique puis tout démarre en même temps (guitare, basse, batterie …) pour donner un titre bien énergique. S’en suit « Away From Home », très bonne chanson dite « à boire » qui traite d’un thème récurrent dans la folk irlandaise : Etre loin de chez soi et conséquemment boire pour noyer son chagrin ! (Bref, tous les prétextes sont bons pour se saouler !). D’ailleurs le refrain exprime très bien cette réalité : « Gimme booze, gimme booze, I’m away from home and there’s no where else to go. Gimme booze, gimme booze, I’m away from home so let the liquor flow (traduction : Donne-moi de la boisson, donne-moi de la boisson, je suis loin de la maison et il n’y a pas d’autre endroit où aller. Donne-moi de la boisson, donne-moi de la boisson, je suis loin de la maison donc que l’alcool coule !).

La troisième chanson originale du groupe arrive bien plus tard et s’intitule « Working Class Heroes ». Non, ce n’est pas une reprise du célèbre titre de John Lennon mais bien une composition originale de The Moorings, une excellente ballade dans le même style de ce qu’ont pu faire les Dropkick Murphys avec des titres comme « Forever » ou « The Torch » ou encore les Flogging Molly.

Bref, avec ces trois titres originaux, on se rend compte que ce groupe est capable d’une belle maîtrise dans les différents registres du style.

Le reste de l’album est constitué de reprises de chansons traditionnelles irlandaises que beaucoup auront pu déjà découvrir dans un style beaucoup plus folk chez les Dubliners. Ici les chansons sont traitées dans un style plus punk, plus festif qui nous donne envie soit de trinquer et chanter avec le groupe, soit de danser ou encore de se poser tranquillement et siroter sa bière calmement. Tout au long de l’album s’enchaînent de belles ballades irlandaises (« Spancing Hill », « The Nightingale » - à noter les doubles voix très réussies sur les refrains - et la version traditionnelle  de « Champion At Keeping Then Rolling »), des chansons à boire (« All For Me Grog » et une nouvelle version de « The Wild Rover », mixe entre celle très folk des Dubliners et celle très festive des Dropkick Murphys) mais aussi des titres dits « Punk celtiques » comme « Molly Maguires », « Finnegan’s wake » et « Champion At Keeping Them Rolling ».

A noter également une bonne reprise du « What’s Left Of the flag » de Flogging Molly (même si cette reprise reste relativement proche de la version originale).

Je ne peux donc que conseiller cet album aux fans du genre : une section rythmique plus que correcte, des sonorités au violon et flûte qui nous donnent envie de danser une gigue, sans oublier une voix travaillée à la bière et une musique à l’énergie débordante. Le mélange  donnant un ensemble très cohérent qui vous amène directement au cœur de l’Irlande dans une soirée au pub du village, une bonne pinte de Guiness à la main chantant à tue-tête avec vos amis et le groupe (oui mesdames et messieurs, vous êtes saouls !), d’où peut-être le mots « PINTS » du titre de l’album : ce groupe doit aimer picoler dans les bars et pubs alsaciens sauf que la Guiness laisse peut-être place à la Fisher ou une autre bière de la région (mais peut-être pas, on parle de Guiness quand même !). Bref, des bières, des potes et la musique de The Moorings, avec ça, une bonne soirée très arrosée garantie !

Une ombre au tableau malgré tout : le peu de chansons originales. On aurait aimé en avoir plus surtout que les trois présentes sur cet album sont de bonne facture, mais j’ai cru comprendre qu’ils devraient mettre l’accent sur ce point pour leur deuxième album. Nous l’attendons donc avec impatience !!

Ah oui, j’allais oublier quelques précisions importantes : il s’agit bien d’un groupe autoproduit mais dont la distribution est assurée par l’indépendant PIAS / PHENIX RECORDS, le management par L’ART SCENE PROD et le booking par BENJAMIN INTERNATIONAL PRODUCTION. Comme quoi, lorsqu’on produit des galettes de qualité, on trouve généralement toujours des gens pour vous soutenir !!!

Je vous laisse, tiens je vais aller boire une petite bière en réécoutant PINTS AND GLORY !

THIBS (2012)

-                                                                                                                                                                 -

LES CHRONIQUES MUSICALES CULTURE CHRONIQUE

-                                                                                                                                                                 - 

Partager cette chronique:
Toutes Nos Chroniques
Rechercher par Auteur :