Partager cette chronique:
La librairie.com Amazon Babelio Decitre Fnac Nolim Sauramps Mollat La Procure Ombres blanches
LA LAÏCITÉ, UN COMBAT POUR LA PAIX de Jean GLAVANY par Betty JUSTE :

On ne présente plus Jean Glavany : ancien chef de cabinet de François Mitterrand, ancien ministre, et actuellement député des Hautes-Pyrénées.

Il fut également secrétaire national à la laïcité du parti socialiste pendant une dizaine d’années. C’est peu dire que le sujet le passionne.
Il se trouve qu’il me passionne aussi.

En lisant le livre de Jean Glavany, je me suis rendu compte que, malgré les quelques années qui nous séparent, malgré la différence de milieu et de région, notre éducation fut similaire : une famille catholique, mais …
« A la naissance des ses quatre enfants, il - Monsieur Glavany père - a décidé, avec ma mère, de nous baptiser et de s’en tenir là. Après, c’était « à la grâce de Dieu" : ni éducation religieuse, ni catéchisme, ni première communion. Rien. Et je ne fus pas touché par la grâce... » (J.G.)
 

Il fut un temps en France - et ailleurs -, où toute la vie sociétale (naissance, mariage, éducation, enseignement) était régie, règlementée par l’Eglise.
Aucune place pour les athées et les agnostiques.
Au fil des siècles, avec les philosophes des Lumières et la Révolution française, l’idée de laïcité se dessine, même si l’on ne parle alors que de liberté des cultes.
La loi du 9 décembre 1905 (dont le texte est annexé à la fin de l’ouvrage) vient finalement entériner la séparation de l’Eglise et de l’Etat. On parle alors de liberté de conscience et pas uniquement de liberté religieuse.
 

Dans cet essai, Jean Glavany retrace la longue construction de cette laïcité, évoquant ses « grands bâtisseurs » que furent, entre autres, Emile Combes, mais surtout Aristide Briand et Jean Jaurès.

Il évoque également les menaces qui planent aujourd’hui encore sur ce principe républicain et dont l’actualité se fait l’écho, mais aussi les nécessaires aménagements auxquels il faut procéder pour préserver le « vivre ensemble ».

Vous percevrez toutes les nuances : de la laïcité « positive » à la laïcité « apaisée », en passant par la laïcité « équilibrée » ou « ouverte » …

… Des accommodements « raisonnables » aux accommodements « déraisonnables » : « Un accommodement reste raisonnable tant que le droit à la différence n’entraîne pas de différence des droits. » (J.G)

… Des entorses notables (Concordat d’Alsace-Moselle) et de la difficulté de les supprimer …

Si Jean Glavany est un fervent défenseur de la laïcité, il ne fait pas pour autant preuve d’intolérance.

Pour lui, la laïcité est universelle et nous concerne tous, que nous soyons croyants (chrétiens, musulmans, juifs, etc ...), athées ou agnostiques.
C’est elle qui peut nous unir au-delà de nos différences.
La devise de l’Europe n’est-elle pas « l’Unité dans la diversité » ?

La laïcité n’est pas un combat contre les religions mais un combat contre l’intégrisme et l’obscurantisme.

Un large chapitre est consacré à l’Ecole « laïque », que l’on qualifie aujourd’hui de « publique », qui naquit avec la loi de 1882. Elle doit être l’instrument central du pacte républicain en ce sens qu’elle a la charge de former les citoyens de demain.
Or, que d’attaques n’a-t-elle reçues au cours de ces cinq dernières années !..

Et l’on ne parle pas ici uniquement des coupes sombres dans son budget, mais bien du discrédit  porté à son encontre par le Président de la République lui-même, notamment lors de son discours du Latran en décembre 2007 :

« Dans la transmission des valeurs et l’apprentissage de la différence entre le bien et le mal, l’instituteur ne pourra jamais remplacer le pasteur ou le curé, même s’il est important qu’il s’en approche, parce qu’il lui manquera toujours la radicalité du sacrifice de sa vie et le charisme d’un engagement porté par l’espérance. »

Le corps enseignant - auquel j’appartiens - aura apprécié …

Les attaques subies par la laïcité ont parfois des origines inattendues …

Dans son ouvrage, Jean Glavany démontre que, loin d’attiser les animosités, la laïcité est une valeur universelle de rassemblement autour d’une morale commune. Cette morale « laïque » est un gage de paix.

 Il est donc nécessaire de la préserver, car, comme le dit Jean Glavany :

« La laïcité est une valeur qui s’use quand on ne s’en sert pas ».

BETTY  JUSTE (2012)

.                                                                      . 

 -   Le classement Romans CULTURE CHRONIQUE 

..                                                                                                                                                                               

 

Partager cette chronique:
Toutes Nos Chroniques
Rechercher par Auteur :