Partager cette chronique:
La librairie.com Amazon Babelio Decitre Fnac Nolim Sauramps Mollat La Procure Ombres blanches
SÉANCE 63 : LES MAILLOTS DE BAIN :

Ce matin en sortant du métro Saint Placide juste avant mon rendez vous avec ma psy j’ai trouvé que Paris avait un parfum d’été.

Dans les vitrines de Zadig et Voltaire et D’Agnès B des mannequins en maillots de  bain se lancent des défis.

Lesquels seront les plus tendances, les plus au goût du jour ?

Aucun de ceux qui sont exposés ne correspond à mon style.

Je les trouve vraiment trop !

Trop moulants, trop échancrés, trop criards, trop conçus pour femmes anorexiques.

C’est fou à chaque fois qu’arrive l’été, après avoir réglé la question épineuse du lieu des vacances, celle du maillot de bain s’impose.

Une pièce ou deux pièces ?

Uni ou pas ?

Simple ou excentrique ?

Avec ou sans bourrelets ?

Avec ou sans cellulite ?

Généralement je choisis un maillot une pièce noire.

C’est plutôt classique et classieux.

Un petit côté Audrey Hepburn.

Un rien désuet.

Dévoiler plus que montrer  pour éveiller le désir.

Ensuite il faudrait dormir avec, car nue dans un lit, la marque du maillot décalquée sur la peau ne provoque pas forcément une fièvre érotique.

Le blanc qui tranche, c’est trash !

Mais pour pratiquer le nu intégral il faut passer ses vacances dans un camp de naturiste.

J’adore être  nue, mais il suffit qu’il soit obligatoire de l’être pour que je n’en aie plus aucune envie.

J’aime avoir le nu libre,  pas le nu imposé.

Le nu se porte mieux que le maillot, pas de démarcation, pas d’élastique qui serre, pas de tissu mouillé qui colle à la peau.

Le corps n’est pas coupé, il est d’un trait, dans son unicité.

Le nu allonge, affine, amincit.

À n’en pas douter le nu me va mieux que le maillot.

Je n’ai pas de pudeur ou de honte à déambuler nue, en revanche je me sens super mal à l’aise en maillot de bain, comme entre deux, pas finie,  pas nue et pas complètement vêtue.

Je ne suis pas faite pour les situations intermédiaires.

J’imagine ma psy en maillot … Porte-t-elle une burka maillot bain que je baptiserais burkini ?

Malgré son côté bonne sœur, elle est peut être naturiste ?

Plus proche de la nature que moi.

Je souris à cette idée.

En sortant de séance, je file m’acheter mon maillot c’est décidé.

Et si cette année je changeais ?

Soyons fous !

Une pièce comme toujours mais anthracite au lieu de noir, c’est un début  non ?

ALICIA RAHO  (2012)

 

Texte tiré de « Monologue avec mon Psy© » avec l'autorisation de l'auteure

-                                                                                                                                                     

--   Lire l'épisode suivant

--   Relire le feuilleton des séances depuis le début

--  Classement Romans CULTURE CHRONIQUE

--   Le site de l'illustratrice

--   Le Facebook d'Alicia RAHO  

 

 

Partager cette chronique:
Toutes Nos Chroniques
Rechercher par Auteur :