Partager cette chronique:
La librairie.com Amazon Babelio Decitre Fnac Nolim Sauramps Mollat La Procure Ombres blanches
SÉANCE 65 : L'AMI RETROUVÉ :

Maintenant entre Facebook et Google impossible de rester incognito. N’importe qui peut vous débusquer, entrer par la fenêtre de votre ordi et venir vous chatouiller la mémoire.

« Tu te souviens, on était au lycée ensemble en terminale ? »

Je n’ai que des souvenirs flous et épars à propos de ceux qui ne faisaient pas partie de ma garde rapprochée, mais que dire ?

 « Cela me ferait tellement plaisir qu’on se revoie ! »

Non vraiment je ne me souviens de rien et je ne suis pas certaine de partager son enthousiasme, je me méfie des retours du passé, j’ai  souvent  été déçue.

Mais il est insistant,  il m’a cherchée longtemps ou sur un coup de tête pour une raison qui m’échappe et je sens qu’il ne va pas  se laisser dissuader si vite.

 « Cela tombe bien je vais venir dans ta région prochainement. »

J’accepte de prendre un verre par politesse, par gentillesse, par faiblesse ou par curiosité mal placée. Mais c’était une mauvaise raison car je  n’en avais pas vraiment envie, intuitivement je savais  déjà qu’il aurait fallu dire NON !

Un non franc et massif sans appel.

Mais j’ai dit oui.

Je me dis pour me rassurer d’avoir accepté  de prendre un verre,  que ce n’est ni engageant, ni trop long, et que je vais  pouvoir m’en remettre, quoi qu’il arrive.

L’exigeant veut plus, c’est qu’il en a à dire, à raconter, à rattraper le temps perdu. Il négocie : « Si on déjeunait ou dînait  ensemble ce serait tellement mieux ! »

Au fond, je suis plus indifférente que méchante, je flanche devant son insistance touchante et j’accepte.

Avec une pointe de méfiance, je propose un dîner à mon domicile avec ma famille, histoire de bien cadrer les choses.
Certains hommes fantômes qui ressurgissent peuvent caresser  le rêve fou, de refaire leur vie avec vous après avoir  aléatoirement épluché leur calepin d’adresses d’il y a 25 ans ! Et si c’était son cas ?

Le jour J il sonne à la porte, j’ouvre et c’est affreux ! Je ne le reconnais même  pas !

Mes  enfants me jettent des regards abasourdis et éloquents. Dans leurs yeux effrayés je lis  « Mais qui as-tu invité à dîner ce soir ? Ça craint ! Bonjour, la soirée d’enfer.. C’est quoi ce vieux machin qui pue  la naphtaline ? » 

Le pire c’est que je pense comme eux !

Et ils n’auront qu’une envie, fuir la table pour se réfugier dans leur chambre.

Il a mon âge, il sent le vieux, et il traîne l’ennui avec lui.

Et tous ses propos sont affreusement barbants.

Il nous raconte sa vie, se met même à pleurer sur des épisodes  qui nous échappent.

Il me semble sorti d’un mauvais roman ou d’un rêve de fin de nuit.

Je comprends qu’il cherche sans doute un espoir quelque part.

Il mange lentement et parle beaucoup, cela n’en finit pas c’est désespérant.
Je  saisis  enfin que c’est par intérêt qu’il m'a recontactée. C’est  dans le fond rassurant. Humain trop humain… De moi il se moque je  serais juste un trampoline, une rampe de lancement, un propulseur, une courroie de transmission, si je pouvais lui donner un petit coup de pouce… Il a fantasmé sur mon statut, mes pouvoirs magiques en  étudiant ma page Facebook.

Et quand par politesse il dit « Il commence peut-être à se faire tard. » Je me  lève d’un bon comme un diable de sa boîte, et j’acquiesce, affreusement muflette, en le raccompagnant prestissimo à la porte.

Une fois parti, je suis partagée entre l’envie de rire aux larmes et celle de pleurer sur son sort.

Je ne peux pas porter toute la misère du monde.

Je  ne suis  pas un monstre d’égoïsme, mais il n’a jamais vraiment été mon ami, je ne lui dois rien.

Je sais  que je ne répondrai pas à ses mails ni à ses appels, à ses textos.

Grâce à ce traitement de choc je retomberai vite  dans l’oubli et heureusement pour lui  Facebook regorge de fantômes  qu’il pourra retrouver.

 Il me reste à voir avec  ma psy pourquoi j’ai dit OUI sans en avoir envie…

ALICIA RAHO (2012)

Texte tiré de « Monologue avec mon Psy© » avec l'autorisation de l'auteure

-                                                                                                                                                     

--   Lire l'épisode 66

--   Relire le feuilleton des séances depuis le début

--   Classement Romans CULTURE CHRONIQUE

--   Le site de l'illustratrice

--   Le Facebook d'Alicia RAHO 

 

 

 

 

Partager cette chronique:
Toutes Nos Chroniques
Rechercher par Auteur :