Partager cette chronique:
La librairie.com Amazon Babelio Decitre Fnac Nolim Sauramps Mollat La Procure Ombres blanches
SÉANCE 66 : MON ANGE :

Parfois une voix parle en moi. Surtout dans les moments douloureux.
Dans les moments de colère inexprimable et comme ce matin dans un moment zen.
Aujourd’hui je la laisse s’exprimer.
Je sais qu’il est ridicule d’imaginer qu’un ange puisse exaucer nos souhaits.
Mais finalement on se trompe, il existe cet ange  !!
Il vit en nous, je le sens, je le porte.
Il faut simplement faire appel à lui.
C’est une ressource insoupçonnée.
Qui mieux que lui pourrait exaucer nos vœux, il les connaît de l’intérieur, il peut les guider, les faire éclore.
Pourquoi faire appel aux autres ?
Pourquoi mettre nos vœux entre  leurs mains, ou entre celles du destin ?
En premier, je liste mes vœux primordiaux.
Ensuite je fixe les priorités.
Enfin je me demande comment les réaliser.
La pensée magique est de croire qu’ils s’exauceront seuls, là réside toute l’erreur, aucun souhait jamais ne peut se réaliser sans notre volonté, sans notre action, sans nous !
Ma psy va me prendre pour une folle !
Au fond, je me moque de ce que peut penser ma psy aussi fumeux que cela puisse paraître.
Si je suis la jambe, elle serait son pansement, mais c’est moi qui sens  la jambe et le pansement  ne peut rester éternellement sur ma blessure, il faudra se résoudre à l’arracher  le moment venu.
C’est bon signe, je la vois comme une grosse bande Velpeau à présent.
J’ai envie de donner cette chance à mon ange.
Il faut faire preuve de vigilance, car lassé de ne pas être entendu, il peut partir s’installer ailleurs et m’abandonner définitivement et je ne donne pas cher de la peau de quelqu’un qui ne croit plus en son ange exauceur de vœux.
Quelle triste vie l’attend !
Je suis réfractaire à l’idée bouddhiste de karma ou tout est écrit d’avance car nous payons et rachetons les fautes de nos vies antérieures.
Autant tout de suite se coucher au fond d’un cercueil et ne plus se fatiguer, puisque nous n’y pouvons rien changer !
Mais qui dit ange dit démon …
La face cachée de notre ange était celle de notre démon ?
L’un peut-il vivre sans l’autre ?
Le démon exauce t-il aussi nos vœux les plus terribles, les plus inavouables, les plus inhumains ?
Ou est il simplement là pour empêcher l’ange exauceur de vœux  d’agir ? 

Ce démon serait-il un étouffeur dans l’œuf ?
Comme un oreiller en plumes légères douillettes mais qui maintenu longtemps sur notre visage nous enlèverait à jamais tout souffle de vie.

Mon premier souhait à réaliser est celui-ci : je veux simplement respirer et, avec l’ange qui est en moi voler au cœur de mes rêves pour exaucer mes vœux les plus chers.
ALICIA RAHO (2012)  

Texte tiré de « Monologue avec mon Psy© » avec l'autorisation de l'auteure

-                                                                                                                                                     

--  Lire l'épisode 67

--  Relire le feuilleton des séances depuis le début

--   Classement Romans CULTURE CHRONIQUE

--  Le site de l'illustratrice

--  Le Facebook d'Alicia RAHO 

 

 

 

 

Partager cette chronique:
Toutes Nos Chroniques
Rechercher par Auteur :