Partager cette chronique:
La librairie.com Amazon Babelio Decitre Fnac Nolim Sauramps Mollat La Procure Ombres blanches
MICK WIGFALL AND THE TOXICS :

Lorsqu’Archibald m’a proposé cet album à chroniquer, j’avoue au départ ne pas avoir été vraiment enchanté : et oui, le Rockabilly, ce n’est pas vraiment ma « tasse de thé ». J’ai très souvent considéré cette musique comme « vieillotte » et tout simplement en décalage par rapport à notre époque. Mais lorsque j’ai commencé à écouter cet opus, je me suis surpris à taper du pied, m’agiter sur ma chaise et fredonner quelques chansons. Je me suis dit : « Finalement, c’est bien fichu ! Ok je peux le faire ! ». Et me voici donc en train de rédiger une nouvelle chronique à propos  du dernier CD de MICK WIGFALL AND THE TOXICS.

Cet album, certes à base de vieux Rock’n’Roll et de Rockabilly, est constitué principalement de reprises, mais avec un son beaucoup plus actuel qui donne un renouveau au genre, un son beaucoup plus « péchu » plus « Roots » ! Et mine de rien, cela change tout !

Mais parlons tout d’abord un peu du groupe. Il s’agit d’un trio composé d’un chanteur-contrebassiste anglais expatrié à Marseille (Mick Wigfall himself !), d’un guitariste (Seb) et d’un batteur (Mister K). Mick Wigfall a travaillé avec des gens comme Jeff BECK, Robert PLANT, Fat Boy Slim, Rocky BURNETTE, … pendant qu’il dirigeait son studio d’enregistrement dans le nord de Londres. Lorsque l’on sait ça et que l’on voit aussi  les influences de tous les membres (qui ont joué du jazz, du rockabilly, du psychobilly ou encore du rock ou du punk au sein de différentes formations), on comprend sans doute mieux l’origine de l’identité sonore de ce CD.

Concernant l’album en lui-même, il est composé de 13 titres, dont 3 chansons originales :

-      She’s Too Much For Me donne un bon aperçu de la méthode du groupe : une base de Rockabilly, mais des sons et des riffs qui nous rappellent les influences rock et punk du trio, ainsi qu’un Mick Wigfall qui nous montre une partie de ses talents vocaux en passant parfois d’un chant typique Rock’N’Roll à la Elvis à une voix plus éraillée d’un chanteur de punk.

-      More Of That Feeling est quant à elle plus calme, une chanson  mid-tempo, mais toujours dans la même mouvance (jeux sur la voix, etc) et peut rappeler des sonorités plus proches du Rock des années 60-70.

-      One chance est la dernière chanson originale de l’album dans un style plutôt Blues – Rock’N’Roll mais  avec un côté Dépêche Mode (notamment leur tube Personal Jesus).

Le reste de cet opus est composé de reprises traitées  sur un mode qui consiste à apporter une touche de rockabilly sur des chansons plus rock (Teenage Kicks par exemple) ou inversement apporter une touche de rock, voire de punk sur des chansons de Rockabilly - Rock’N’Roll (Born To Boogie, Pretty Plad Skirt, Nervous Breakdown pour ne citer que celles-là).

A noter tout de même quelques très bonnes reprises comme Teenage Kicks du groupe de punk irlandais The Undertones, Egyptian Reggae de Jonathan Richman ou encore Big In Japan (Tom Waits) et Drives Me Wild de Dr. Feelgood. A saluer également la performance vocale de Mick Wigfall tout au long de l’opus !

 Voici donc un bel album qui pourrait aussi bien plaire aux amateurs de Rockabilly qu’aux fans de Rock plus agressif ou de punk. MICK WIGFALL AND THE TOXICS pourraient bien, s’ils continuent, rendre ses lettres de noblesse à un style que la jeune génération a tendance à oublier mais qui fait pourtant partie des bases du rock d’aujourd’hui. Personnellement, après les avoir écoutés, je me suis surpris à ressortir certains CD de Chuck Berry, Buddy Holly, Jimmy Reed, Eddie Taylor ou encore d’Elmore James afin de redécouvrir certaines « pépites » de l’histoire du rock.  Merci Mister Wigfall !

THIBS  © Culture-Chronique 2012

-                                                                                               -

  LES CHRONIQUES MUSICALES CULTURE CHRONIQUE

--  LE SITE DE MICK WIGFALL AND THE TOXICS

--  LE MYSPACE DE MICK WIGFALL AND THE TOXICS

 

Partager cette chronique:
Toutes Nos Chroniques
Rechercher par Auteur :