Partager cette chronique:
La librairie.com Amazon Babelio Decitre Fnac Nolim Sauramps Mollat La Procure Ombres blanches
SEANCE 70 : LE SAC A MAIN :

La bandoulière de mon sac a lâché alors que je sortais du métro.

 C’est incroyable comme je peux être attachée à mon sac !

 Du coup je suis de très mauvaise humeur, je ne sais par quel bout le tenir.

 Il me faut donc immédiatement le remplacer.

 Je déteste choisir un sac à la va-vite.

 J’aime prendre mon temps.

 J’ai dans mon placard trop de sacs, cimetière des mauvais choix.

 MON SAC !

 Il ne doit pas être lourd au départ car il le sera de toute façon à l’arrivée.

 Donc un sac léger.

Avec de nombreuses poches pour éviter les mélanges nombreux et variés.

 Il devra fermer, idéalement avec une fermeture éclair.

 Il sera de préférence noir. Souple.

Ni trop grand ni trop petit.

Proportionnel à ma taille car un sac disproportionné donne un air ridicule.
Après avoir erré comme une âme en peine dans différentes boutiques, mon choix s’est porté sur un sac léger d’été qui sera parfait pour assurer la transition en attendant de trouver le sac idéal.

Ensuite je me suis posée pour opérer le transfert.

En prenant conscience que le contenu du sac d’une dame est tout simplement indescriptible !!!

Il faudrait le renverser devant son psy  

Il en tirerait plein d’enseignements.

Dans le mien il y a pèle-mêle : un portefeuille avec papiers d'identité et permis de conduire…
Un porte-monnaie fleuri… 

Un  agenda avec élastique…

Un carnet de chèques … 

Des clés…

 Un miroir de poche … 

Mon téléphone portable …

Un bouquin … 

Un ou deux petits carnets …

 Un feutre noir.... 

Un gel bio désinfectant pour les mains sans rinçage parfumé à la lavande …

 Des lingettes d’eau de cologne …

 Des bonbons à la réglisse et des bonbons au café …

Un paquet de mouchoirs en papier …

Mon parfum …

Quelques comprimés de paracétamol ...

Un sac à main de nana, c'est un souk, une braderie, un vide grenier, un marché, une caverne d'Ali Baba et le mien c’est la copie de celui de Marie Poppins, un puits sans fond !

 ALICIA RAHO (2012)

 Texte tiré de « Monologue avec mon Psy© » avec l'autorisation de l'auteure

-                                                                                                                                                                 

--  Lire la séance suivante

--  Relire le feuilleton des séances depuis le début

--  Classement Romans CULTURE CHRONIQUE

--   Le site de l'illustratrice

--   Le Facebook d'Alicia RAHO 

 

 

 

Partager cette chronique:
Toutes Nos Chroniques
Rechercher par Auteur :