Partager cette chronique:
La librairie.com Amazon Babelio Decitre Fnac Nolim Sauramps Mollat La Procure Ombres blanches
THE BEWITCHED HANDS : VAMPIRIC WAY :

A la première écoute de VAMPIRIC WAY des BEWITCHED HANDS je me suis demandé s’il s’agissait d’un groupe anglais ou américain. La tournure des textes était assez naïve pour imaginer aussi qu’il s’agissait d’Australiens. Rien de tout ça puisque j’ai découvert que ce band de six musiciens était tout simplement de chez nous, plus précisément de Reims. Comme chacun le sait Reims est la capitale de l’effervescence à tout point de vue et donc pour célébrer la sortie de cet opus tout simplement étourdissant je reprends la fameuse formule d’Higelin : “Champagne !” Champagne car cette formation est tout simplement incroyable, née de la fonte progressive du nombre de participants – on passe de onze en 2007 à six aujourd’hui - et de la taille du nom du groupe - THE BEWITCHED HANDS est presque un acronyme si l’on doit se souvenir que la formation s’appela d’abord THE BEWITCHED HANDS ON THE TOP OF OUR HEADS. Nous voilà donc en présence d’un commando qui visait surtout au départ une bonne tranche de rigolade musicale, tournée des bars et des petites scènes fournissant à chacun le viatique à une existence où les accords de guitares alternaient avec les pintes de bière. Rien de très original en somme. 

Quand vous les croisez sur scène vous avez franchement l’impression qu’il s’agit d’une réunion de profs trentenaires habillés par feu la CAMIF. Abandonnant totalement le look, THE BEWITCHED HANDS mise tout sur la créativité et dans ce domaine ils n’ont de leçon à recevoir de personne car l’osmose entre nos six champenois est tout simplement parfaite.  Chaque titre de leur nouvel album propose des orchestrations juteuses où les arrangements s’accouplent à de joyeuses trouvailles.  Visiblement la notion de leader n’est pas un concept bewitchedien car tout le monde propose sa contribution ce qui aboutit au final à un opus généreux et jubilatoire.  Westminster le titre d’ouverture est un énorme single qui vient vous fouetter le visage comme un vent de l’Ouest. C’est une chevauchée où le riff de guitare simplissime vous secoue la carcasse. Les choeurs vous enveloppent dans une atmosphère étourdissante le tout saupoudré d’un son d’orgue tout droit sorti du bal des Lazes.  Thank, You Good bye, It’s Over est un second  single qui conserve l’allant de Westminster avec la même générosité vocale. Pour ceux qui aiment les comparaisons le groupe  ferait franchement penser à une tartine de PIXIES trempée dans une grosse tasse d’ARCADE FIRE.  50 s Are Good  imprime définitivement la marque de fabrique bewitchedienne avec des guitares pixiennes et une rytmique hypnotique et toujours le son de l’orgue Hammond qui s’inscruste joliment sur le titre suivant Words Can Let You Down où le tempo plus lent  laisse le temps aux guitares de placer un contrechant dont l’évidence révèle la personnalité d’un grand groupe. La jolie voix de Marianne Merillon – la seule fille du groupe – annonce Let Me brodé de choeurs sur une rytmique à la mécanique entêtante. Suit Ahahahah titre à la saveur légèrement inexessienne dont le riff de guitare met encore une fois tout le monde d’accord. Mais où le groupe va chercher tous ces arrangements vocaux ? She Bewitched Me ne déroge pas à la tradition en nous proposant un cocktail vocal-guitare-clavier d’un parfait équilibre. Boss semble rendre hommage aux années MADNESS sur un fond de choeurs délicieusement acidulé et un arrangement de guitare qui finira par occuper tout votre disque dur cérébral. Modern Dance apaise un peu le débat laissant aux guitares étincelantes le soin de nous émerveiller. Hard Love relance la mécanique sur des arrangements clavier et vocaux qui vont chercher l’inspiration du coté de METRONOMY.  Les choeurs sont simplement parfaits… Vampiric Way est un titre hautement vocal et légèrement byrnien où les maracas font joliment leur office, les vampires n’ont qu’à bien se tenir … The Laws Of Wall referme l’opus sur un titre où les arrangements sont à nouveau à couper le souffle, la basse et les claviers soutenant la ligne de chant appuyé de choeurs inventifs et définitivement excellents.

Ce groupe est tout simplement monstrueux de talent. VAMPIRIC WAY est un album réussi de bout en bout. Visiblement la réalisation de Julien Delfaud a permis à THE BEWITCHED HANDS de se libérer des contraintes de l’autoproduction et de franchir le cap qui permet de passer de la formation ambitieuse au grand groupe.

ARCHIBALD PLOOM (2012)

© Culture-Chronique -                                                   -

--  Les chroniques musicales Culture-Chronique  

--  Le classement littéraire CULTURE CHRONIQUE

--  S'inscrire à la Newletter

Partager cette chronique:
Toutes Nos Chroniques
Rechercher par Auteur :