Partager cette chronique:
La librairie.com Amazon Babelio Decitre Fnac Nolim Sauramps Mollat La Procure Ombres blanches
UN CONCEPT POLITICO-GEOGRAPHIQUE FRANCAIS : LE CENTRE :

C’est quoi le centre ? Ce concept politico-géographique français m’a toujours plongé dans une extrême perplexité. La droite on voit bien qui c’est, ils sont toujours au pouvoir, la gauche on comprend aussi, ils s’arrangent souvent pour ne pas y être. Mais le centre… Si encore ils étaient franchement centriste ceux du centre, mais ils n’y sont pas ancré du tout puisqu’ils se disent parfois de centre-droit ou de centre-gauche. Un centre c’est un point, pas un segment et certainement pas une mouvance. En fait au centre ils devraient être un.

Bonjour, je suis le centre. En fait le centre c’est le centre d’intérêt. Ils veulent être au milieu et que tout le monde de la droite à la gauche les regarde. Et c’est ça leur problème. Si tu veux être un tu peux pas constituer un parti politique. Donc ils sont plusieurs à vouloir être un. Morin hait Borloo qui déteste Bayrou qui vomit Raffarin. Et comment faire un avec ceux-là ? La compilation, franchement n’est pas très glamour. C’est pourquoi le centre est le parti des félons. Comme tous les autres certes, mais un peu plus que tous les autres. Pour un quart de maroquin t’as un centriste qui avait juré sur la bible qu’il abominait le président.

Donc le centre est une cour des miracles remplie de gens qui espèrent un miracle pour en sortir et entrer à la cour. Un lieu où l’on se retire contraint et forcé, généralement vexé, en attendant d’être remplacé par un ministre mis en examen. Le centre en fait est nulle part, c’est une salle d’attente. On comprend qu’à un moment on veuille prendre un train. Mettez un paquet de centristes dans un train ils se démerdent pour scinder les wagons entre ceux qui veulent aller au nord et ceux qui ont fait don de leur personne à la France et veulent aller au sud. Le centre c’est l’enfer. Ils ne gagnent jamais rien sans un coup de main. Et donc ils mangent toujours avec le diable qui leur pompe l’âme en leur laissant un air outré. Le centre.

Ils se disent modérés mais dés que quelqu’un hausse le ton ils se précipitent dans une niche de droite. Quand ils s’allient à la gauche, ils font semblant de pas comprendre. Ils se disent libéraux, radicaux, socio démo, mais ils ne sont que du centre. La politique n’est pas un choix pour eux c’est une agence d’intérim. Tristes centristes. Pas gai mais sans triste. Vains. Habilleurs de télé. Poseurs. Le centre ? C’est autour que ça se passe.

DENIS PARENT (2010)                                                                                

 

 -                                                                                                                                                        

A propos de Denis PARENT :

Son FACEBOOK :  Cliquez ici

 Son dernier roman : Cliquez ici

Le site de Stéphane Million Editeur : Cliquez ici

 

 
-                                                                                                                                                            
 

Partager cette chronique:
Toutes Nos Chroniques
Rechercher par Auteur :