Partager cette chronique:
La librairie.com Amazon Babelio Decitre Fnac Nolim Sauramps Mollat La Procure Ombres blanches
CHRONIQUE 81 : LA VIE DE L'AUTRE N'EST PAS LA NÔTRE :

Par ricochet  la vie des autres vient nous frapper de plein fouet.
Il me faut apprendre à me tenir à la juste place, la juste distance.
Être en empathie mais pas en symbiose.
Soutenir mais ne pas porter.
Être là sans juger, sans prendre parti, sans s'immiscer.
Il y a le ressenti intellectuel et le ressenti viscéral, on peut agir sur le haut, la tête, mais sur les tripes c'est beaucoup plus compliqué qu'il n'y paraît .
Face à la douleur, face à la maladie, face à la traversée du désert, face au désarroi ... que faire?
Etre présent même en étant loin.
Écouter l'autre.
Donner ce que l'on peut donner en douceur, en geste, en amour, en présence, en mot ou en silence.
Ne rien attendre en retour.
Ne rien vouloir changer.
Respecter,  sans bousculer.
Ne jamais oublier que si la vie de l'autre nous éclabousse, c'est parce qu'elle nous est chère, familière, et proche.
Être coupé des autres, permet de ne pas ressentir, revient à se protéger, à ne pas souffrir.
Vivre c'est aussi  prendre le risque de s'investir, de s'entourer des autres.
C'est être confronté à la compassion, le deuil, l'impuissance.
C'est apprendre à être présent pour l'autre dans les aléas de la vie, sur le chemin sinueux, dans les moments rugueux.

Savoir que,  quand il a mal, il se peut qu’on ne puisse l’aider même en le voulant.

Il faut être capable de surmonter cette impuissance.

Ne pas être là, quand on aimerait être là.

Ne pas être celui à qui l’on va demander de l’aide.

Se sentir projeter à la périphérie, en dehors.

Parce qu’on ne fait partie de la vie de l’autre que partiellement, par ajout, épisodiquement.

Du coup il faut se montrer fort même si on ne l’est pas.

Rentrer dans la vie de l’autre de plain pied, c’est prendre le risque  d’être un intrus dans le tableau.

Comme dans le jeu des 7 erreurs.

Alors il faut se faire léger, sur la pointe des pieds, éviter de devenir l’éléphant dans le magasin de porcelaine.

ALICIA RAHO (2013)

 Texte tiré de « Monologue avec mon Psy© » avec l'autorisation de l'auteure

© Culture-Chronique -                                               -

--   Lire la séance suivante

--   Relire le feuilleton des séances depuis le début

--   Classement Romans CULTURE CHRONIQUE

--   Le site de l'illustratrice

--   Le Facebook d'Alicia RAHO

--   S'inscrire à la Newletter 

Partager cette chronique:
Toutes Nos Chroniques
Rechercher par Auteur :