Partager cette chronique:
La librairie.com Amazon Babelio Decitre Fnac Nolim Sauramps Mollat La Procure Ombres blanches
REQUIEM POUR UN CAFARD de Sonia GUILLEMET :

Jeudi 25 juin 2013, frémissement de l’été. Mais, à l’Abracadabar, pour le lancement du premier roman de Sonia Guillemet - Requiem pour un cafard -  publié par les Editions Bleu Pétrole, l’ambiance n’était pas au frémissement mais à l’effervescence. Qu’importe l’absence de soleil tant que subsistera l’ivresse. L’ivresse d’une littérature destinée à repeupler notre imaginaire et défendue avec justesse par ses deux représentantes à cheveux longs et idées longues : Vanessa Gustaw et Ornella Cadoux. Une toute jeune et  pimpante maison d’édition supervisée d’un œil bienveillant et avisé par l’Envolée bleue à l’initiative de sa création. Décidément, le bleu est une couleur qu’il faudrait porter plus souvent. 

Second pari réussi donc pour ces deux pétroleuses talentueuses, qui après 500 manuscrits lus, ont finalement choisi de publier "le requiem du cafard" de Sonia Guillemet. Ce cafard, c’est un peu nous, Léonard, un loser comme on les aime, pas imbu de sa petite personne, simplement perdu dans des idéaux trop vastes pour sa peau et ne sachant plus quel Road Movie se jouer. Le sien s’enracinera d’errances en errances jusqu’au bout de la rue, une rue aussi violente que mutique qu’éclairera une fille-fée rousse, papillon évanescent peu disposé à choisir la contrée où se poser. Il ira loin, Léonard. Au bout du bout du voyage…

Un joli livre bien balancé, un peu long par moments et qui aurait nécessité quelques coupes franches. Mais Sonia Guillemet a des réserves d’intelligence,  le style qui fait mouche et certains passages – notamment au début du roman –  sont à clouer le bec des plus récalcitrants. 

Le grand plus de cette soirée Abracadresque fut aussi le concert qui suivit la sympathique mise en voix d’extraits du livre. Un concert mené  les nerfs à vif par les Some Smoking guys, groupe de garçons dans le vent très inspiré à l’origine de la bande son du roman. Une bande son entre Britpop et rock plus assumé s’ajustant parfaitement avec le Bad Land de Léonard le cafard. Un cafard bien attachant avec lequel on aimerait toutes et tous un boire un verre. Au comptoir, cela va de soi.

Longue vie aux projets littéraires des Editions bleu pétrole et a ce second roman mais encore et surtout à cet élan fait de tristesse, de rage et de fleurs sur la peau qu’est la jeune littérature.

Astrid MANFREDI (2013)

© Culture-Chronique -                                               -

--  Le blog d'Astrid MANFREDI

--  Les chroniques littéraires Culture-Chronique

--  Le classement littéraire CULTURE CHRONIQUE

--  S'inscrire à la Newletter

Partager cette chronique:
Toutes Nos Chroniques
Rechercher par Auteur :