• JETSOUND
  • JETSOUND
  • JETSOUND
  • JETSOUND
HISTOIRE

LES COUPLES ILLUSTRES DE L’HISTOIRE DE FRANCE sous la direction de Patrice GUENIFFEY et Lorraine DE MEAUX

  Pas moins de vingt couples qui marquèrent leur temps sont présentés dans cet ouvrage dirigé  par Patrice Gueniffey et Lorraine de Meaux.  Même si aujourd’hui la figure de couple a quelque chose de profondément démodé et que la durée de la vie à deux a singulièrement raccourci, le couple ne laisse pourtant pas de fasciner.  On connait l’histoire du duc et de la duchesse de Saint-Simon, qui certes ne s’étaient pas choisis, mais dont l’union devient si étroite, si indéfectible que le duc ordonna qu’après sa mort leurs deux cercueils fussent scellés ensemble afin de rester unis pour l’éternité.  Aujourd’hui les choses sont un peu différentes mais les français continuent  de rester fascinés par les grands couples historiques : Napoléon et Joséphine, Abélard et Héloïse, Louis XVI et Marie- Antoinette, Benjamin Constant et Germaine de Staël,  Sartre et Beauvoir,  Sand et Musset , Les Pompidou, Danielle et François Mitterrand ; autant de binomes historiques  que  “Les couples illustres de l’histoire de France” nous présentent l’histoire chaque fois singulière, heureuse ou malheureuse mais qui chaque fois racontent les mutations successives du pouvoir mais aussi de la société de l’époque.

   Ce qui ressort de l’ouvrage tient sans doute au fait que la France n’a jamais complètement rompu avec son passé monarchique. Mille ans de monarchie laisse des traces. De Napoléon et Joséphine à Napoléon III et Eugénie, c’est bien le même imaginaire qui emplit le XIXeme siècle au moment où la France hésite encore entre république et monarchie. Il est notable cependant que l’absolutisation de la monarchie et l’occupation par elle de la totalité de l’espace politique accrurent l’influence féminine dont les salons furent l’expression la plus achevée. Pourtant aujourd’hui si les épouses de nos présidents ne sont pas rien, elles ne sont pas  grand chose non plus.  La femme du président est finalement sa part d’humanité…

    Même si au fond le couple ne se prête pas à la théorie, parmi  les vingt couples que l’ouvrage nous présente il n’y a pas deux histoires identiques.  La disposition des chapitres permet, par ailleurs,  au lecteur de circuler librement dans l’ouvrage sans se soucier de la chronologie même si cette dernière est scrupuleusement respectée d’Abelard et Héloïse à Danielle et François Mitterrand.  Une plongée dans l’histoire sous un angle inattendu et finalement passionnant. 

 

Hugues DE SINGLY

 

CULTURE-CHRONIQUE.COM encourage ses lecteurs à se rendre en librairie  afin de soutenir le réseau des librairies françaises. Vous pouvez aussi cliquer sur le logo "Lalibrairie.com", votre commande sera alors envoyée chez le libraire de votre choix. Enfin, hormis "Amazon", la plupart des librairies en ligne que nous vous proposons sont aussi des librairies de centre-ville que nous vous encourageons à découvrir. La santé du livre dépend de la santé des librairies. 

© Culture-Chronique --                                                

--  Les chroniques littéraires Culture-Chronique

--   S'inscrire à la Newletter        

 

--  Le twitter CULTURE CHRONIQUE 

> Lire la suite
COUP DE COEUR CULTURE-CHRONIQUE

Chaque être a une histoire et des souvenirs et il en est de même pour un pays.  Carine Fernandez  dans “Mille ans après la guerre”  revient sur le passé douloureux  de l’Espagne à travers  l’odyssée de Miguel un vieil homme solitaire qui fuit la  cité ouvrière  de Tolède  où il vit  quand sa soeur lui annonce qu’elle vient le rejoindre après la mort de son mari.  Commence alors pour lui un voyage vers le pays de l’enfance dans les monts de l’Estrémadure. 

   Nous sommes à l’aube du XXIeme siècle Miguel a pour seul compagnon son chien Ramón et il n’est pas retourné en Estrémadure depuis la fin de la guerre d’Espagne.  Mais quand Miguel approche de son village natal il s’aperçoit avec stupeur que son ce dernier a disparu sous un lac artificiel, conséquence de la construction d’un barrage en amont.   Chacun comprendra la métaphore comme il voudra mais Miguel va devoir recomposer le puzzle de son passé. Et progressivement les souvenirs vont remonter du fond du lac. En particulier ceux qui  ont un rapport direct avec son frère jumeau Médiodia que les franquistes ont assassiné comme des milliers d’autres.

   Carine Fernandez nous offre un roman  qui flirte avec  le picaresque, où le vieux Miguel et son chien effectuent le pélerinage de la mémoire et retrouvent les beautés et les terreurs d’un passé  que rien n’a pu effacer. L’écrivain parvient à croiser  Histoire et destin individuel à travers une série d’évocations d’une grande puissance narrative.  “Mille ans après la guerre” est un roman bouleversant qui interroge notre rapport à la mémoire, au passé et à notre rapport à l’indicible.  Même mille ans après la guerre les souvenirs continuent de hanter les êtres mais il est toujours temps de faire la paix avec son passé.   Pour le vieil homme au chien il est temps. Un très beau roman…

Apolline SEGRAN 

CULTURE-CHRONIQUE.COM encourage ses lecteurs à se rendre en librairie  afin de soutenir le réseau des librairies françaises. Vous pouvez aussi cliquer sur le logo "Lalibrairie.com", votre commande sera alors envoyée chez le libraire de votre choix. Enfin, hormis "Amazon", la plupart des librairies en ligne que nous vous proposons sont aussi des librairies de centre-ville que nous vous encourageons à découvrir. La santé du livre dépend de la santé des librairies. 

© Culture-Chronique --                                                

--  Les chroniques littéraires Culture-Chronique

--   S'inscrire à la Newletter        

--  Le twitter CULTURE CHRONIQUE    

RENTREE LITTERAIRE

 « Monarques » est une fresque prégnante. Monarques nous embarque. On part de Suisse, on passe par Paris, puis on bifurque vers Tel Aviv et Le Caire.

Je reçois à chaque fois les belles phrases de Philippe Rahmy de plein fouet, j’ai la sensation que son écriture me fonce dessus et je garde longtemps l’histoire en moi. Je me souviens de l’étoffe d’Allégra comme si j’avais lu le roman hier.

Monarques est tissé de fils en sommeil. Ils se sont enfilés au décès du père de l’auteur et ils ont brodé une trame pendant trente ans. Philippe Rahmy a assemblé les pièces durant sa résidence d’auteur au château de Lavigny en Suisse.

Monarques, c’est plusieurs histoires imbriquées les unes dans les autres. J’en ai dénombré cinq, mais j’ai peut-être mal lu. Tout ça n’a aucune importance, il n’y a qu’une seule histoire en réalité, elles s’empilent toutes dans le même carton. L’auteur nous invite dans sa famille et en même temps, il lie son destin à celui d’Herschel Grynszpan. Mes lacunes sont immenses, je n’ai jamais entendu parler d’Herschel Grynszpan, Philippe Rahmy va m’initier.

Herschel est un jeune juif qui a commis un attentat en 1938, à Paris, contre Ernst Vom Rath, le secrétaire de l’Ambassade d’Allemagne.

Philippe Rahmy porte l’histoire d’Herschel en lui, comme un coup de tampon qu’il se doit de laver dans l’écriture.

L’auteur a suivi la piste d’Herschel, il a remonté la trace du jeune juif. Il nous relate son parcours tout en se racontant lui : Philippe Rahmy, né dans une ferme suisse ; la Moraine.

En 1913, Ali, riche exploitant agricole égyptien, vient en Suisse pour acheter des vaches. Il fait affaire avec les grands parents maternels de Philippe Rhamy. Ali rentre en Egypte avec les vaches mais aussi avec Yvonne, la fille des fermiers suisses. Yvonne est enceinte. Elle met au monde Adly, le père de Philippe. Vous imaginez sans peine les heurts et les divergences qui ont bouleversé cette famille. L’auteur nous les confie, et on s’enfonce profondément dans le récit de cette tribu hors norme.

La quête d’Herschel et de lui-même conduit Philippe Rahmy en Egypte et en Israël.

Il y a un motif qui pousse l’auteur à calquer son destin sur celui d’Herschel mais pour le comprendre, il faut avancer dans la lecture.

Puis l’histoire, la grande, rattrape le lecteur. Elle lui murmure à l’oreille qu’il y a toujours eu des mouvements libéralismes immédiatement suivis d’autres plus sectaires. Monarques est plein de symboles ; l'avènement de Trump au moment où l’auteur rassemble les pans de son récit, puis les monarques sont ces papillons qui se déplacent en nuées de millions d’individus. Ils partent d'Afrique du Nord, traversent la Méditerranée par le détroit de Gibraltar ou via l’Italie pour échouer en Europe. L’auteur nous rappelle que l’idée d’un mouvement migratoire continu est inscrit dans nos gènes, un mouvement qu’il est vain, stupide et prétentieux de vouloir stopper. Monarques est haut en couleur, en odeurs et en émotion. C’est un récit dense, riche et attachant.

Voilà, c’était les dernières griffes de la plume de Philippe Rahmy. Des griffes à l’image de l’auteur, profondes et sans venin. Il nous manquera...

 

Annick FERRANT

 

CULTURE-CHRONIQUE.COM encourage ses lecteurs à se rendre en librairie  afin de soutenir le réseau des librairies françaises. Vous pouvez aussi cliquer sur le logo "Lalibrairie.com", votre commande sera alors envoyée chez le libraire de votre choix. Enfin, hormis "Amazon", la plupart des librairies en ligne que nous vous proposons sont aussi des librairies de centre-ville que nous vous encourageons à découvrir. La santé du livre dépend de la santé des librairies. 

© Culture-Chronique --                                                

--  Les chroniques littéraires Culture-Chronique

--   S'inscrire à la Newletter       

--  Le twitter CULTURE CHRONIQUE